Imprimer
Catégorie : CDs&DVDs

Jan A. Jarnicki, l’intrépide directeur du Label polonais « ACTE PRÉALABLE », met son point d’honneur à relancer les œuvres de René de BOISDEFFRE, en premier enregistrement mondial. Après les œuvres pour violon, flûte (cf. Lettres d’information 108, 116), alto et chœur, c’est au tour de ses œuvres pour violoncelle et piano, grâce au concours du violoncelliste italien Luca Fiorentini, titulaire de nombreuses distinctions internationales et du pianiste polonais Jakub Tchorzewski, spécialisé notamment dans la musique de chambre.

René de BOISFDEFFRE, né à Vesoul en 1838 et mort à Vézelise (en Lorraine) en 1906, a étudié la musique auprès de Charles Wagner et la composition avec Auguste Barbereau. Le Prix Chartier, obtenu en 1883, atteste sa prédilection pour la musique de chambre. Son œuvre néoromantique se situe quelque peu dans le sillages de Charles Gounod, Jules Massenet ou encore Édouard Lalo et Camille Saint-Saëns. Cette figure marquante du XIXe siècle en France, célèbre en son temps, était injustement

tombée dans l’oubli et ses œuvres dormaient dans les archives poussiéreuses. C’est donc le grand mérite de J. A. Jarnicki, passionné par ce compositeur français, de l’avoir exhumé et d’avoir encore projeté d’autres enregistrements. Cette réalisation (2018) révèle 9 pièces pour violoncelle avec accompagnement de piano (op. 93, op. 15), de caractère descriptif et d’inspiration lyrique, par exemple : Sur la plage (Ballade) et Sur le lac (Barcarolle), avec une belle envolée mélodique ; Élégie (op. 15), très expressive, Adagietto mis en valeur par la chaude sonorité du violoncelle soutenu avec délicatesse au piano.

La Sonate pour piano et violoncelle (op. 63), très développée, de facture classique, comprend 4 mouvements contrastés : Allegro maestoso solennel, Scherzo primesautier (avec pizzicati), Andante espressivo plus intériorisé et Finale. Allegro très diversifié. La brève Élévation pour violoncelle avec accompagnement de piano ou orgue (op. 48) pousse le violoncelle dans ses retranchements expressifs.

En conclusion, la Suite pour violoncelle et piano (op. 56) comprend 3 parties : Lied assez langoureux ; Berceuse appuyée ; Scherzo plus racé. Tout comme J. A. Jarnicki, L. Fiorentini et J. Tchorzewski communiquent leur grand enthousiasme pour les œuvres de René de BOISDEFFRE. Contagieux

Édith Weber
© L'ÉDUCATION MUSICALE 2019