René GERBER, né à Travers en 1908, a fait ses études à l’Université de Zurich, puis au Conservatoire de cette ville et ensuite à l’École Normale de Musique de Paris, avec Paul Dukas, tout en suivant des cours chez Nadia Boulanger et Robert Siohan. De 1947 à 1952, il a été directeur du Conservatoire de Neuchâtel. Il a composé des œuvres d’orchestre, de musique de chambre, vocales et pianistiques, ainsi que 2 Opéras.

La pianiste suisse Catherine Aubert-Tackett, diplômée du Conservatoire de Neuchâtel, titulaire de la Licence ès-Lettres classiques, d’un diplôme de pédagogie du piano, a aussi étudié à Washington. Elle donne de nombreux concerts aux Etats-Unis et en Europe. Elle est spécialiste de la Méthode Suzuki appliquée à l’enseignement du piano et de la musique de René GERBER. Commençant aux accents de la Fantaisie sur un air de Bach pour laquelle René GERBER a tiré son thème du Menuet de la Quatrième Partita que J. S. BACH considérait comme « exercice » de piano. Le programme se poursuit avec Douze Divertissements aux titres et sous-titres évocateurs (Le vielleur, Le moutier, La pastourelle, La belle Aude, Les commères…) représentant des « impressions du pays de France cher à l’auteur ». Les Quatre cahiers pour jeunes pianistes, de

caractère pédagogique, comprennent entre autres une Pavane, une Musette, un Carillon, une Marche, un Divertissement… Et, pour conclure : Huit Marches françaises dans différentes tonalités, Allegro, Allegretto, Quasi moderato, Allegro molto, bien enlevées. Le disque, enregistré par Olivier Buttex, directeur du label VDE-GALLO, est réalisé en collaboration avec Iris Bur pour les pièces à 4 mains du Cahier II pour jeunes pianistes.
Édith Weber
© L'ÉDUCATION MUSICALE 2018