Cet opéra, créé à Paris en 1883, est édité en premier enregistrement mondial, avec le soutien d’Eurotunnel. Il repose sur le livret de Léonce Détroyat et Armand Sylvestre, d’après Shakespeare et Pedro Calderon de La Barca (La Comédie du Schisme en Angleterre). Henry VIII (1491-1547, 2e Tudor), ayant accédé au trône en 1509, est, par l’Acte de Suprématie (1534), devenu le chef unique de l’Église d’Angleterre. L’enregistrement remonte à 2003.

Parmi les intervenants, figurent 7 solistes vocaux, les Chœurs du Théâtre des Arts de Rouen, la Fanfare de Villers-Cotterêts et l’Orchestre Lyrique Français, dirigés par Alain Guignal. À noter la belle prestation de Dominique Khalfouni (danseuse étoile) et Jan Broeckx (danseur étoile) et la mise en scène très étudiée de Pierre Jourdan.

L’œuvre en 4 actes, assez proche de Giacomo Meyerbeer, représente un mélange d’histoire, d’amour et de cruauté. L’action se passe au Parc de Richmond, au Palais Royal de Londres, chez le Roi, dans les appartements de la Reine Ann, mais aussi au Synode. À remarquer, entre autres, le thème Maestoso d’origine anglicane, le Menuet, les décors somptueux, la scénographie d’Yves Samson, les costumes d’époque réalisés par Jean-Yves Legavre et les savants effets de lumières de Jean Khalman qui

rehaussent l’intérêt de cet opéra.

À retenir par les enseignants d’histoire et de littérature anglaises dans une visée pédagogique intradisciplinaire.
Édith Weber
© L'ÉDUCATION MUSICALE 2018