La Collection « L’opéra français » — à l’initiative de Pierre Jourdan, directeur du Théâtre Impérial de Compiègne — permet, dans d’excellentes conditions techniques, de visualiser et d’entendre une sélection d’Opéras avec décors, costumes, mise en scène et des solistes triés sur le volet comme, par exemple, Anne-Sophie Schmidt au téléphone dans La voix humaine — chef-d’œuvre de Francis POULENC (1899-1963) sur le livret de Jean COCTEAU (1889-1963) —, accompagnée par l’Orchestre Ostinato, sous la baguette précise de Jean-Luc Tingaud. Lors d’interminables conversations téléphoniques parlando/chantées, avec un rythme verbal haletant et une facture mélodique très disjointe, elle tient constamment en haleine l’auditoire, passe par toutes les nuances de la palette expressive et toutes les positions (assise, allongée, debout, recroquevillée…) exigées par la mise en scène pour ce long huis-clos intimiste. Vraie comédienne, elle fait preuve d’une grande volubilité et d’une virtuosité vocale à toute épreuve, favorisant l’intelligibilité du texte. L’ensemble bénéficie d’un décor sobre et efficace (la grosse ampoule éclairant la chambre est du meilleur effet).

Cet enregistrement comporte aussi Une éducation manquée d’Emmanuel CHABRIER (1841-1894) et Darius MILHAUD (1892-1974) d’après le livret d’Eugène Leterrier

(1842-1884) et Albert Vanloo (1846-1920). L’opérette, œuvre légère en 1 acte et 9 scènes, a été créée à Paris le 1er mai 1879, au Cercle de l’Union Artistique (avec Chabrier au piano). En 1924, des récitatifs de Darius Milhaud ont remplacé les parties parlées. L’action se passe dans un salon. Les personnages sont le jeune Gontran de Boismassif (soprano travesti), son précepteur Pausanias (baryton) et Hélène de La Cerisaie (soprano), sortant du couvent ; ils se retrouvent pour leur nuit de noces. Peu au courant des usages, il s’informe auprès de son précepteur… Un orage éclate, rapprochant les jeunes mariés… À noter : un dialogue à bâtons rompus, d’une rare virtuosité vocale, entre Gontran et Pausanias. Franck Cassard, Mary Saint Palais et Philippe Fourcade, interprètes hors pair, bénéficient du remarquable concours de l’Ensemble Sinfonietta de Picardie que dirige habilement Michel Swierczewski.
Édith Weber
© L'ÉDUCATION MUSICALE 2018