Perry SCHACK, guitariste virtuose — célèbre par ses nombreuses prestations en soliste et accompagnateur, aux États-Unis, Canada, en Corée du Sud, Nouvelle Zélande, Australie, Grèce — a fait ses études à Munich et au Mozarteum à Salzbourg. Il rappelle que, âgé de 8 ans, il a entendu une œuvre de Mauro GIULIANI (1781-1829) interprétée par Andres Segovia, qui a motivé son engouement pour la guitare et le répertoire romantique.

Le programme dans l’ordre chronologique permet de découvrir Six Variations sur la chanson populaire I bin a Kohlbauernbub (Je suis un gars de mineur) exploitée par M. GIULIANI qui l’avait entendue lors de concerts en Autriche. Il y déploie tout son art de la variation et conjugue une mélodie allemande avec le tempérament italien et une forte dose de virtuosité instrumentale. Une vraie explosion de joie. Le volet central concerne Douze Bagatelles (op. 4) de Heinrich MARSCHNER (1795-1861), connu par ses opéras romantiques. Il s’agit de pièces brèves, variées et agréables à entendre. Le compositeur privilégie les mouvements assez rapides (Allegro) alternant avec des passages lents et expressifs (Andante con moto). À remarquer la 3e Bagatelle (Risoluto). Pour conclure au sommet de la bravoure et de l’endurance, P. Schack a retenu

les Variations de bravoure (op. 28) de Jan Nepomucen BOBROWICZ (1805-1881) sur Oh ! cara memoria de Michele CARAFFA.

Ce compositeur polonais, surnommé « le Chopin de la guitare », quasi inconnu, bénéficie enfin d’un enregistrement et rentrera dans la mémoire collective grâce à l’intrépide Perry Schack (guitare Constantin Dumitriu à la sonorité parfois un tantinet métallique) qui ne recule devant aucune difficulté technique et interprétative pour communiquer son engouement contagieux.
Édith Weber
© L'ÉDUCATION MUSICALE 2018