En collaboration avec les Archives internationales de Musique populaire (Musée d’ethnographie, Genève), le label VDE-GALLO propose un aperçu des possibilités du shakuhachi, genre de flûte vraisemblablement originaire de Chine, devenue un instrument traditionnel au Japon vers le VIIe-VIIIe siècle pour les musiques de la Cour impériale jusqu’à la fin du XIXe siècle. Comme le précise le remarquable texte d’accompagnement, ce disque, complété par des illustrations significatives, deux autres flûtes droites en bambou (à 5 trous) sont utilisées jusque vers 1600. Puis, une flûte plus longue shakuhachi devient l’instrument populaire joué par des moines errants dans le cadre de leurs méditations. Ces Komuso appartiennent à la secte Fuke cultivant la pensée zen. Leur instrument est surtout un outil (hoki) de pratique du zen, doté d’un potentiel acoustique et symbolique, son jeu nécessite une grande concentration.

Cette « Offrande » de sept pièces porte sur la contemplation de la lettre A visant à l’illumination ; sur le constat qu’une pièce spécifique est associée à chaque temple ; sur la « vacuité » (le ciel vide), pièce la plus ancienne du répertoire ; sur la « clochette » du moine, avec une fonction liturgique ; sur l’hommage à un défunt ; sur

l’offertoire associé à la compassion et à l’humilité ; sur une cascade près d’un temple.

Au final, voici, pour les ethnologues, organologues et japonologues, une introduction aux coloris des shakuhachi et, pour les discophiles et auditeurs, décompression et dépaysement assurés.
Édith Weber
© L'ÉDUCATION MUSICALE 2018