Toujours à l’affût de titres accrocheurs, le label GALLO convie les amateurs de hautbois et de guitare à un long parcours chronologique allant de Georg Philipp TELEMANN (1681-1767) et Ernst Gottlieb Baron (1696-1760) jusqu’à Astor PIAZZOLLA (1921-1992) — en passant entre autres par Giovanni Battista PERGOLESI (1710-1736), Heitor VILLA-LOBOS (1887-1959), Jacques IBERT (1890-1962) — et à un vaste itinéraire géographique : Allemagne, Italie, France, Angleterre et Brésil.

Ce disque illustre les formes évoluant au fil des siècles : Partita (variations), Sonate, Sicilienne, Romance, Chansons populaires, Bachianas Brasileira, Aria, Cantilène, Consolation… : 26 plages au total, et plus d’une heure d’écoute, avec des résonances de musique baroque, romantique, classique, brésilienne, anglaise, italienne et contemporaine, émanant de 11 compositeurs : de quoi divertir les discophiles curieux.

Silvano Scanziani, hautboïste, compositeur et chef d’orchestre, a collaboré avec les plus grandes formations internationales. Domenico Lafasciano, guitariste, disciple notamment d’Alexandre Lagoya, se produit dans les cinq continents, participe aussi à des événements spéciaux et des célébrations. Il est également professeur de

guitare. Ils détaillent minutieusement la Sicilienne et les 6 Airs bien enlevés de la Partita en Sol Majeur (TWV 41) de G. Ph. TELEMANN. Ils interprètent aussi la Sonate pour flûte et luth, d’Ernst Gottlieb BARON (1696-1760), en 3 mouvements contrastants : Allegro-Adagio-Presto, dans un arrangement pour hautbois et guitare fort agréable à entendre. Au programme, figure encore : Coucher de soleil vénitien (Tramonto veneziano), composition originale pour hautbois et guitare. À noter Six Chansons populaires de John W. DUARTE (1919-2004), musicien, guitariste, compositeur, professeur, écrivain anglais et même chimiste… Ces pièces descriptives et d’autres pages, comme l’Aria extraite de la Bachiana Brasileira n°5 du brésilien Heitor VILLA-LOBOS, Entr’Acte de Jacques IBERT et l’incontournable œuvre à succès : Café 1930, d’Astor PIAZZOLLA, retiendront également l’attention.

Grâce à tant d’atmosphères différentes, de couleurs locales typiques, de timbres si variés, ce programme — situé dans la longue durée (du XVIIIe au XXIe siècle) et dans un large espace (Europe, Amérique du Sud) — si accrocheur ne passera certes pas inaperçu.
Édith Weber
© L'ÉDUCATION MUSICALE 2018