Le Trio Torrello (mezzo-soprano, flûte et piano) propose un disque original — allant de Jean Sébastien BACH à George GERSWHIN et Édith PIAF, en passant par des compositeurs italiens, français et suisses du XIXe siècle.

Le sous-titre : « Une flûte enchantée » est justifié par 3 pièces : Une flûte invisible (Camille SAINT-SAËNS, 1835-1928), Viens, une flûte invisible soupire (Victor HUGO/André CAPLET, 1878-1925) et Une flûte enchantée (Maurice RAVEL, 1876-1938). Au total : 11 compositeurs, 11 œuvres, un univers cosmopolite. Avec des formations variées, les 3 interprètes, réalisent une belle « célébration de la mélodie », en parfaite connivence, car ils se connaissent depuis leurs études. À noter le dialogue : Viens, une flûte invisible d’André CAPLET. Valentina Londino (mezzo-soprano) interprète avec une incroyable aisance des mélodies allemandes de Volkmar ANDREAE (1879-1972), compositeur suisse ; françaises : Les Cadeaux (extraits des 3 Chants de Noël de Frank MARTIN (1890-1974) ou encore Allez, venez, Milord (Édith PIAF, 1915-1962) ; anglaises : Summertime de George GERSHWIN (1898-1937). Tommaso Maria Maggiolini, flûtiste milanais, interprète en solo : Bergère captive de Pierre

Octave FERROUD (1900-1936), accompagné au piano Bechstein par Nicolas Mottini et la Fantaisie (op. 79) de Gabriel FAURÉ (1845-1924) dédiée au célèbre flûtiste Paul Taffanel.

Les amateurs de diversité, d’inattendu et de surprise seront enchantés par cette juxtaposition de styles dans la longue durée ; les autres réagiront selon leurs affinités.
Édith Weber
© L'ÉDUCATION MUSICALE 2018