S’attaquer au répertoire français du XXème siècle, avec Jolivet en tête de file, qui plus est en hommage au Quintette à Vent Français de Jean-Pierre Rampal est une entreprise ambitieuse tant on sait que ces compositeurs ont livré des pages redoutables aux instrumentistes à vent. Le Quintette Aquilon réussit pleinement ce projet, et donne à entendre les couleurs harmoniques riches, les articulations ciselées, le style « sautillant » et ironique très caractéristique de cette époque et de cette veine de compositeurs. Si la prise de son ne permet pas toujours de goûter tous les reliefs et toutes les nuances, on est séduit par la vivacité des rythmes, par l’apparente facilité et la cohésion des contours, véritable signature de la virtuosité de ce quintette.

Ce disque constitue une découverte pour qui ne connaissait pas ce répertoire et cette formation, il peut aussi constituer une belle référence dans ce style et dans la discographie du quintette à vent pour qui aime cette époque et cette formation si particulière. On peut attendre de nouvelles réalisations avec envie, et surtout une mise en avant plus efficace du Quintette Aquilon, qui n’a sans aucun doute pas besoin de rester dans le sillage de ses ancêtres : on peut en effet regretter que l’hommage au

Quintette de Rampal ait placé le Quintette Aquilon en seconde place, donnant des couleurs surannées au visuel du disque, alors que l’interprétation du Quintette Aquilon mérite d’être mise en avant comme un acte créatif autonome, ne nécessitant aucune caution historique.
Jean-Étienne Sotty