orgue avec offertoire, élévation, communion, puis postlude après l’office.

Les organistes et professeurs apprécieront ces pièces presque toutes sans pédale, de moyenne difficulté, dans lesquelles Giacomo Puccini fait appel à quelques imitations, successions d’accords plaqués et oppositions de tempi (piu presto, adagio). Cette musique brillante et solennelle se dégage quelque peu du style de l’opéra pour être plus appropriée à la liturgie. Signalons qu’une édition critique intégrale (Edizione Nazionale delle Opere di Giacomo Puccini) en 1 volume est en cours de parution. Bref : un pan de l’univers musical puccinien inattendu.
Édith Weber